Actualités

Pour recevoir les nouveautés du site, veuillez inscrire votre adresse mail ci-dessous

Henri HUYARD

 

 Il nait à Paris le 31 décembre 1900 et entre à l’école Nor­male de Poitiers en 1917.
  
 
    

Après son service militaire à Tours, il est nommé institu­teur à l’école de garçons de Montmorillon en 1922.

Son inspecteur voit en lui « un jeune maître plein d’entrain, aimable et sou­riant, qui aime son travail et se fait aimer de ses élèves. On travaille avec joie dans sa classe et pourtant avec profit».

Il épouse Marie Ange Mathieu, institutrice, en janvier 1926.

Ils exercent à Saint Léomer de 1926 à 1930 puis dans notre commune à partir de 1930 Mobilisé pendant la guerre, il reprend ses fonctions en 1940 où il est rejoint par René Bibault à sa sortie de l’Ecole Normale de Poitiers.Ensemble, ils adhèrent au groupe de résistance créé par Gaston Chapron, huissier à Poitiers. Ce groupe fusionne en 1941 avec celui de Louis Renard, avoué à Poitiers.

Le 7 avril 1941, suite à une panne, un avion de reconnais­sance anglais se pose dans un champ à Maillé. Les quatre aviateurs sont recueillis et cachés par les habitants qui se mettent en rapport avec la résistance de Saint Julien l’Ars. Pierre Cohadier, huissier et secrétaire de Mairie, Henri Huyard, René Bibault et d’autres résistants leurs fourniront des faux papiers et des vêtements civils, puis les conduiront jusqu’à Civray d’où ils pourront gagner Marseille puis l’Angleterre.Après l’arrestation et la déportation de Louis Renard et de nombreux membres de ce réseau, Henri Huyard rallie le mouvement de résistance «Libération Nord». En août 1943, après l’arrestation de Georges Delaunay, Henri Huyard en devient le responsable départemental. Il est arrêté le 6 juin 1944 (jour du débar­quement en Normandie).

Emprisonné à la prison de la Pier­re-Levée, il est ensuite transféré à Compiègne.

Le 2 juillet 1944, il est enfermé avec plus de 2000 pri­sonniers dans des wagons à bestiaux qui forment le «train de la mort(1) » à destination du camp de Dachau. Par une température de 34 degrés et privés d’eau, plus de 500 d’en­tre eux meurent avant l’arrivée du convoi le 5 juillet 1944. Henri Huyard est libéré du camp de Dachau par les Américains en mai 1945. A son retour à Poitiers il ne pèse plus que 42 kg.

Il reprend ses activités professionnelles et siè­ge au Conseil Municipal de Poitiers jusqu’en 1958 sous les couleurs du Parti Socialiste dont il est l’un des responsables départementaux.Amateur de sport, il assure la présidence de l’équipe de football du Patronage des Écoles Publiques de Poitiers (PEPP) qu’il a contribué à créer.

Henri Huyard décède le 11 janvier 1974.

 

 Léandre Martin

(1) Ch. Bernadac, « Le train de la mort » ed. France Empire, 1970

 
© 2008 Bienvenue sur le site de Saint Julien l'Ars | Template by vonfio.de
Contact administrateur: site.saintju@gmail.com